Nuevo Mundo

Au bord cette falaise…

Je sens…
Le vent qui effleure ma peau,
Dégage mon visage,
Fait onduler mes cheveux soyeux.

Se colle à mon corps cette robe couleur or,
Laissant apparaître ces formes que j’honore.

J’hume…
Cette brume, cette écume,
Cette odeur de sel si familière,
Cette humidité qui me fait pétiller.

J’entends…
Les vagues s’écrasant sur les rochers,
Le souffle du vent qui murmure,
Les oiseaux chanter cette liberté.

J’observe…
L’immensité du ciel conviant les nuages à danser la légèreté.
Les profondeurs de la mer pleines de sensualité, profonde intériorité.
Au centre, l’appel du soleil, qui se lève et illumine cet hymne.

Silence…

Face à ce vide, les jambes tremblantes, je décide :
De sauter et nager dans cet océan en mouvement guidé par les courants.
De déployer mes ailes et voler, me laissant porter par ces vents batifolants.

D’oser avancer encore vers mes rêves les plus fous!
Le vivant, le vibrant, le joyeux.

Et remercier la richesse et l’étendue de ces infinies possibilités.

Margaux